L’Autre Ciné

logo ciné

 

 

 

 

L’AUTRE CINÉ vous donne rendez-vous à L’AN VERT tous les 2e et 4e MARDIS du mois

Portes 19h30 – Lancement 20h00 – Entrée : 3€

 

SEPTEMBRE

Mardi 26/09 « Juha » d’Aki KAURISMÄKI, Finlande, 1999, 78’ Muet

Paysan taciturne et diligent quoique enclin à la boisson, Juha mène avec sa jeune épouse Marja une vie que rythment les saisons, les bêtes et les travaux des champs jusqu’au jour où Shemeikka, fringant citadin à bord de sa pimpante automobile, tombe en panne devant leur ferme…

La rentrée de L’Autre Ciné avec « Juha », dernier film muet du 20e siècle, a un air de fête du cinéma en forme de fabuleux hommage autant qu’acte de foi envers le 7e Art.

Désireux d’adapter le classique des classiques du roman finlandais des années 10, Kaurismäki aurait décidé de tourner son adaptation sans paroles lorsqu’il réalisa que son premier et unique choix pour incarner Shemeikka à l’écran ne parlait pas un mot de finnois ! Bien lui en prit, son chef-d’œuvre empruntant généreusement au langage des grands maîtres du muet et de l’histoire du cinéma pour nourrir sa dynamique et sa beauté propres. En une magistrale photo noir et blanc, l’objet se conjugue tant au présent qu’au passé (re)composé et subjugue autant par le cœur que par l’esprit. Musique et bande-son participent encore de cette magie qui fait de « Juha » un film exceptionnel à voir et à entendre.

Proposé par Miss Terre

 

OCTOBRE

Mardi 10/10 « Fidelio, l’odyssée d’Alice » de Lucie BORLETEAU, France, 2014, 95′

Alice, 30 ans, est marin. Elle laisse Félix, son homme, sur la terre ferme, et embarque comme mécanicienne sur un vieux cargo, le Fidelio. A bord, elle apprend qu’elle est là pour remplacer un homme qui vient de mourir et découvre que Gaël, son premier grand amour, commande le navire. Au gré des escales, au milieu d’un équipage exclusivement masculin, bercée par ses amours qui tanguent, Alice s’expose au bonheur de tout vivre à la fois et tente de maintenir le cap…

Avec cette chronique maritime, Lucie Borleteau réalise un premier film réussi, où réalisme âpre et rêverie mélancolique se mêlent harmonieusement à l’écran.

Proposé par Garance

 

Mardi 24/10 « Milchwald » (Le bois lacté) de Christoph HOCHHÄUSLER, Allemagne-Pologne, 2003, 87’ VOst

Apparemment bien nés (rejetons de cette classe moyenne allemande réunifiée, laborieuse et propre sur elle), Léa et Konstantin sont abandonnés sans commentaire par leur belle-mère sur le bord d’une route en Pologne ; à son retour à la maison, pas un mot de la jeune femme à son mari, qui, ne voyant pas revenir les enfants, se lance à leur recherche…

Encore une perle issue de « l’Ecole de Berlin », ce vivier informel de jeunes cinéastes allemands dont la formidable puissance d’impact émotionnel dans la veine dite réaliste fait parfois oublier qu’ils ont simultanément produit leur meilleur en proposant des climats, rôles et situations à la lisière du conte et du fantastique. Un recours aux genres d’autant plus efficace et révélateur qu’il ne s’annonce pas en grandes pompes et se fond dans un ensemble. Bref, de quoi nous faire frissonner la peau et crépiter le cerveau à la vue de personnages habités comme autant de personnes d’une humanité impressionnante.

Proposé par Miss Terre

 

NOVEMBRE

Mardi 14/11 « Ucho » (L’Oreille) de Karel KACHYNA, Tchécoslovaquie, 1970, 94′ VOst

Bien éméchés, un vice-ministre du régime communiste et sa femme rentrent chez eux après une grande réception officielle, au cours de laquelle ils apprennent la déchéance de son ministre de tutelle. La porte de la maison est ouverte, il n’y a plus d’électricité chez eux et des ombres errent autour de l’habitat…

Interdit à sa sortie, ce huis-clos orwellien sidérant de tension psychologique et d’attaque directe du régime (police politique, écoutes permanentes, …), réussit à mêler habilement la crise conjugale d’un couple aux abois et la dénonciation d’une société cadenassée, en jouant sur un point commun : l’écroulement moral.

Proposé par Garance

 

Mardi 28/11 « Valparaiso Valparaiso ou la très fabuleuse et très édifiante vie aventureuse du camarade Balthazar Lamarck-Caulaincourt au pays des enfants de Blanche-Neige et de Che Gevara » de Pascal AUBIER avec Alain Cuny, Bernadette LAFFONT, László SZABÓ, ALBANE, RUFUS, Alexandra STEWART (…) Fabrice LUCHINI, France, 93’, 1971

Ecrivain de salon engagé, Balthazar Lamarck-Caulaincourt est pressé par un entourage diversement bien intentionné de tomber la veste et la robe de chambre pour descendre sur le terrain et rejoindre l’action ; il y rencontre Edwarda, militante aussi jeune et attirante que mystérieuse…

Pendant ce temps, plus à l’Ouest, que la vie de révolutionnaire est exaltante ; et si peu évidente !

D’après France Oui’Ki-Bédia et Bernadette Laffont, « Valparaiso Valparaiso » est une œuvre surréaliste qui reflète l’esprit de mai 1968. Ajoutons que tout en s’appuyant sur une mise en scène magnifiée par la solidarité entre amis et le système D, Double V et cetera est le film faussement désinvolte par excellence. Extravagant et désopilant à souhait (les zygomatiques comme les amateurs de bizarreries vintage ont vraiment de quoi se mettre sous la dent), le cinéma de l’absurde selon Aubier n’en demeure pas moins extrêmement maîtrisé et pénétrant.

Proposé par Miss Terre

 

 

 http://lanvert.be/lautre-cine/

Logoblog

Rue Mathieu Polain, 4
B-4020 Liège
Belgium
+32 (0) 494 420 495
+32 (0) 4 342 12 00
http://lanvert.be/

Dates reprises dans la Newsletter hebdomadaire de L’AN VERT
avec liens vers les pages correspondantes
(Inscription en page d’accueil : http://lanvert.be/)